Primo-accédant à Paris : les conditions d’octroi du PTZ ont été assouplies pour 2024

Partager sur :

Le PTZ ou prêt à taux zéro fait partie des crédits aidés qu’un primo-accédant à Paris peut contracter pour renforcer le financement de son projet. Cette aide financière est apparue en 1995, mais n’a subi aucun changement depuis. Sa première refonte majeure a été appliquée au 1er janvier dernier. Voici en quoi elle consiste.

Les paramètres qui ont changé depuis le 1er janvier 2024

Les modifications apportées au PTZ 2023 pour donner le PTZ 2024 ont été établies afin de permettre à près de 6 millions de ménages supplémentaires d’accéder à la propriété. Elles touchent les éléments suivants :

  • Les zones où le PTZ est proposé 

Dans les zones tendues comme la capitale, le PTZ ne pourra désormais financer que l’acquisition des appartements neufs. Néanmoins, 209 communes supplémentaires ont été intégrées parmi les secteurs concernés. 

En ce qui concerne les zones détendues, le crédit pourra aider à financer les rénovations des biens anciens. 

  • Les plafonds du revenu fiscal de référence (année N-2)

Ils sont à la hausse pour la première fois depuis 2016. En effet, au lieu des 37 000 euros habituels, ils peuvent désormais atteindre 49 000 €. 

En outre, une nouvelle tranche de référence a été créée pour que le PTZ puisse toucher plus de foyers.

  • La quotité du crédit

Elle était de 40 % au maximum. Mais dorénavant, le prêt peut financer jusqu’à 50 % du coût du projet.

  • Les biens inéligibles

L’acquisition des maisons neuves ne pourra plus faire l’objet de ce prêt aidé dans sa nouvelle version.

Les éléments inchangés

Les principaux critères d’éligibilité au PTZ restent effectifs, à savoir :

  • le fait de répondre au statut de primo-accédant ;
  • entreprendre l’acquisition dans les secteurs où le PTZ est en application ;
  • répondre aux plafonds de revenus établis. 

En outre, le principe de ce crédit reste d’actualité. Il consiste à emprunter sans intérêt de remboursement. 

Prévue être effective jusqu’en 2027, cette nouvelle forme du PTZ pourra s’étendre à 40 000 contrats par an selon l’estimation du Ministère de l’Économie.